HISTOIRE DE MA FAMILLE
( suite )

Pierre LAROCHE et Marie BOURBOULON obtiennent l'affermage du moulin à papier de l'Abbaye de La Couronne, situé sur la rivière de la Boesme. Pierre est alors marchand-papetier et faiseur de forme à papier.

Le 26 septembre 1738, Jacques Henry "inspecteur de la Manufacture Royale de papiers d'Angoulême" fait cession à Pierre LAROCHE et Marie BOURBOULON du moulin de Colas "assis sur la rivière de Bohème", paroisse de La Couronne. Ainsi l'activité de Pierre LAROCHE va progressant, mais il est victime d'un geste malveillant comme en témoigne un procès verbal du requérant "Pierre LAROCHE, fabricant de papier, fermier du moulin de Colas". En mars 1739, six mois après son arrivée, Pierre a une violente altercation avec un compagnon indiscipliné à qui le nouveau maître ne plaisait pas. Il le licencie. Ce Guillaume LAVILLE, qui était un dur, revient le soir-même mettre le feu au moulin pour se venger. Pierre, qui n'est qu'un colon, a peur d'être rendu responsable de l'incendie et d'être ruiné. Il se rend le 20 mars 1739 chez le notaire Caillaud, afin de décharger sa responsabilité "en établissant le fait de Guillaume Laville, qui de dessein prémédité, a mis le feu au dit moulin". Il faut réparer les dégâts et la Manufacture Royale avance l'argent aux propriétaires et au colon, ce qui les rend sérieusement débiteurs de Jacques HENRY.

L'année 1740 va être particulièrement dure pour Pierre LAROCHE et Marie BOURBOULON car des deuils vont venir s'ajouter à la catastrophe de l'incendie. Le 11 novembre, une épidémie emporte leur fille Madeleine âgée de 4 ans, puis le 28 du même mois, Jean âgé de 2 ans. Marie déjà éprouvée doit, tout en assumant son rôle de "dame du moulin", allaiter son bébé Pierre et en étant déjà enceinte.

En 1748, Pierre LAROCHE est toujours maître papetier au moulin de Colas, lequel "comporte trois roues, seize piles et une cuve".
En 1750, une grande grève va durer plus de 4 mois. Les temps sont durs, d'autant plus que Pierre doit acquitter le nouvel impôt du "vingtième" créé en 1749 pour faire face au remboursement de la dette des finances royales (Guerre de Sept ans). Le 23 janvier 1751 un traité met fin à la grève.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |